9 – Soyez de votre temps ! (1/3)

OK ? Vous commencez à comprendre où votre doigt a mis le pied ? Ne vous étonnez pas. Qu’est-ce que vous fabriquez, d’abord, sur les réseaux sociaux ? Ne seriez-vous pas un brin voyeurs, amis rescapés de l’espèce ?  #RescapesdelEspece

b9
Marc-Olivier Fogiel et le divan

       Quand arrive l’heure des Mémoires, l’art d’assaisonner les restes varie mais les ingrédients de cette cuisine de terroir se mêlent inévitablement. Jean-François Revel l’avait noté : « Chaque homme dispose toujours en lui de plusieurs jeux de cartes. Il conduit simultanément plusieurs parties, les unes privées, voire dérisoires, les autres capitales pour son destin ou celui d’une cause, voire pour la fameuse Histoire (comme disent les benêts et ils ajouteraient volontiers quatre ou cinq H s’ils pouvaient), d’autres enfin jouées par amour d’un art, d’un être ou d’une simple distraction (1). » Cette macédoine qui mêle le général et l’intime, l’étalage personnel puis le détour vers des raisonnements politiques ou autres coïncide avec l’époque. Regardez autour de vous, soyez de votre temps ! Seriez-vous seul à ne pas avoir remarqué combien ont été gommées les frontières entre la chose publique et la vie privée, entre le débat politique et le spectacle ? Qui a oublié le « sucer est-ce tromper ? » lancé par Thierry Ardisson à Michel Rocard ? Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir. Les Terriens abandonnent. Pas à pas, de Mourousi à Drucker, puis d’Ardisson à Fogiel, le mélange des genres s’est opéré. Il est devenu officiel depuis que ce ne sont plus les animateurs qui captent le personnel politique pour booster leurs audiences, mais les journalistes politiques qui recourent aux ficelles des animateurs pour attirer le chaland.

        Animateur est devenu une fonction sociale phare. La preuve, Roselyne Bachelot qui a grandi dans le monde politique avec un père député, Jean Narquin, et qui après un doctorat en pharmacie (2) a été ministre sous les mandats de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy. Elle a préféré se reconvertir en comique de service sur France 2 et la radio RMC. Le Dr Michel Cymes a bâti sa notoriété davantage sur cette activité médiatique que sur sa pratique médicale. À l’appel de ces nouveaux gourous, nos agneaux s’offrent en sacrifice afin de mieux nous gruger. L’heure n’est plus aux tracts et aux affiches mais aux mouchoirs en papier et aux sanglots longs des populations conviées à partager les drames intimes de nos dirigeants politiques.

         Cette dérive est engagée depuis plus de quarante ans : Giscard d’Estaing, sa femme Anne-Aymone et ses filles Valérie-Anne et Jacinte, un bouquet ; Mitterrand et ses femmes ; Sarkozy et ses femmes ; Hollande et ses femmes ; et voici Emmanuel et Brigitte nous jouant leur love story à satiété dans les titres de la presse people, s’embrassant à tout propos et surtout hors de propos, à l’exemple de ce qu’ils ont cru retenir de Barack et Michelle Obama. Une autre forme de « poudre de perlimpinpin » pour citer les bons auteurs (3). Pour la directrice de la rédaction de Point de vue, « cette histoire d’amour romanesque comporte tous les ressorts glamour, avec un potentiel légendaire puisé dans l’inconscient collectif, rappelant à la fois la jeunesse d’un Kennedy et les amours contrariées d’une royauté » ; pour le Daily Mail, qui ignore la nuance, il s’agirait de l’« histoire d’amour du siècle » ; d’autres enfin en appellent à l’affaire Gabrielle Russier (4) qui avait amené Georges Pompidou, lors d’une de ses conférences de presse (5) comme président de la République, à citer quelques vers extraits d’un poème que Paul Eluard avait écrit à propos des femmes qui furent tondues à la Libération :

« Comprenne qui voudra,
   moi, mon remords, ce fut
  la victime raisonnable
   au regard d’enfant perdu,
   celle qui ressemble aux morts
   qui sont morts pour être aimés (6). » 

          Vous redoutiez un succès de l’extrême droite lors du dernier scrutin présidentiel ? Karine Le Marchand, l’animatrice de l’émission de télévision « L’amour est dans le pré » qui veut faire rencontrer l’âme sœur à des agriculteurs esseulés, vous a apitoyés avec les blessures secrètes de Marine Le Pen. Auparavant, elle avait permis à François Fillon de réécrire en prime time une jeunesse plus rêvée que vécue. Sur M6, ces deux candidats aspiraient à nous révéler leur « ambition intime ». Accusée de connivence avec la présidente du Front national, la réponse de Karine Le Marchand est confondante : « Marine Le Pen me donne sa recette du far breton, et alors ? Elle n’est plus Dark Vador (7). » Ce qui est saisissant dans cette réplique, c’est le mélange du privé, du politique, du médiatique et de cet univers virtuel dans lequel nous baignons et dont Star Wars est l’emblématique symbole. Il faut faire preuve soit d’une naïveté hors norme, soit d’un niveau étonnant de cynisme, pour tenter de nous convaincre d’une spontanéité comparable entre des agriculteurs anonymes soudain scénarisés par une chaîne de télévision et des dirigeants politiques, professionnels rompus de la communication, exploitant leur vie personnelle pour séduire. Je peux comprendre qu’on me prenne pour un imbécile, mais dans certaines limites. Une large fraction des responsables de la campagne d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre sont persuadés que le succès de François Fillon lors de cette première étape a été enclenché par cette émission. Elle l’aurait « humanisé ». La prestation calibrée du couple Fillon, quelques semaines avant que n’éclate le Penelopegate, confirme que ce genre de programme relève de la mise en scène, pour ne pas parler de propagande, et certainement pas de l’information. Au demeurant, Karine Le Marchand s’est immédiatement portée à la rescousse du couple lorsqu’il s’est trouvé empêtré dans les emplois familiaux d’assistants parlementaires. Ce qui la plaçait d’autant plus en porte-à-faux lorsqu’elle a prétendu, quelques jours plus tard, interdire au Front national d’exploiter une photo prise avec Marine Le Pen à l’occasion de l’émission.


Notes :

  1. Le Voleur dans la maison vide, Mémoires, Plon, 1999. 
  2. Des études qu’elle sait encore mobiliser lors de ses émissions, par exemple en proposant la devinette suivante : « Quelle différence y a-t-il entre les marrons et le Viagra ? Il n’y en a pas, les deux servent à fourrer les dindes. » Elle ne s’y connaît pas qu’en médicaments, en matière de dinde aussi elle ne manque pas d’expérience.
  3. Emmanuel Macron a usé de cette expression qui fait référence à un remède aussi miraculeux qu’inefficace, en réponse à Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle.
  4.  Professeur de lettres ayant entretenu, à Marseille, une liaison amoureuse avec un de ses élèves âgé de 16 ans. Condamnée à un an de prison avec sursis, elle s’était suicidée le 1er septembre 1969. Cette histoire a inspiré le film d’André Cayatte, Mourir d’aimer, 1971. 
  5. 22 septembre 1969. 
  6. Citant de mémoire, Georges Pompidou a condensé le texte d’Eluard tel qu’il figure dans Au rendez-vous allemand, éd. de Minuit, 1945. L’original dit :
    « 
    Comprenne qui voudra
    Moi mon remords ce fut
    La malheureuse qui resta
    Sur le pavé
    La victime raisonnable
    À la robe déchirée
    Au regard d’enfant perdue
    Découronnée défigurée
    Celle qui ressemble aux morts
    Qui sont morts pour être aimés. »
  7. TéléObs, 5 octobre 2016.
Publicités

Un commentaire

  1. Ne pas avoir la télé depuis 25 ans m’épargne un certain nombre de fadaises… bien que la dernière campagne présidentielle me fut traumatisante comme tout un chacun, même en me contentant de capter quelque grandes ondes !
    Je crois que je suis bien parti pour ne plus écouter la radio pour les 25 prochaines années…
    Je suis empli de compassion pour toi, Thierry, qui doit supporter cette mayonnaise rance.
    Merci pour tes tentatives réjouissantes de décryptage du ridicule.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s