172 – Satanique

En faisant, lors de la campagne présidentielle, de François Fillon l’obstacle aux forces sataniques du Malin, et en désignant comme possédés les malins dans mon genre, vous comprendrez, rescapés de l’espèce, que l’ancienne ministre Georgina Dufoix m’ait fait serrer les fesses. Elle n’en faisait certes pas une théorie mais ne s’en donnait pas moins un genre. #RescapesdelEspece

b172
Georgina Dufoix

              Je me souviens de la ministre de la Solidarité nationale, Nicole Questiaux, livide, au bord des sanglots, que j’avais vue, à Matignon, être éjectée du bureau par un Pierre Mauroy furieux. Elle venait de fanfaronner, à propos des finances de la Sécurité sociale, qu’elle n’était pas « la ministre des comptes ». Plus que le Premier ministre, c’est le maire de Lille et président de région qui avait vu rouge. Cramoisi même. Un sou est un sou. Équilibrer les budgets constitue un exercice pénible pour les gouvernements, les partis, les candidats. Comme pour les particuliers et les collectivités. Les Églises n’échappent pas à la règle.

              Faute de pouvoir, depuis la Réforme, poursuivre la vente des « indulgences » afin de se financer, le Vatican est devenu, sous l’impulsion de Jean-Paul II, une usine à fabriquer des saints, pour la même raison que les clubs sportifs changent de maillot à chaque saison : ça fait marcher le commerce. Ceux qui n’en ont pas les moyens dépendent du bon vouloir de généreux sponsors. C’est ainsi que les filles du Football club de Pollestres, petite commune de la banlieue de Perpignan, ont porté un maillot floqué du logo du Club Paradise, établissement de prostitution situé à La Jonquera, sur la frontière espagnole, et souvent qualifié de « plus grand bordel d’Europe ». Le sexe, il ne faut pas être malin pour le constater, mène le monde.

              La décision de nommer Nicole Questiaux au gouvernement n’était pas l’une des plus opportunes prises à l’époque par Pierre Mauroy. Comme pour Georgina Dufoix à la Famille. Comme pour Ségolène Royal, trente ans plus tard. Les parcours de ces deux dernières pourraient, me semble-t-il, se rejoindre. Georgina Dufoix, issue d’une famille protestante nîmoise, a géré après sa carrière ministérielle un site de prières. Elle s’est prononcée contre le mariage pour tous et a défendu les positions du pape François en ce qui concerne une prétendue « théorie du genre ». Il est plus facile de combattre un adversaire fabriqué à sa main que de se confronter à un débat réel.

               Avec le pape, elle partage aussi une vision du monde où Satan serait à l’œuvre. François a confirmé l’inclinaison que j’avais relevée en traitant de Catherine de Sienne[1]. Il a en effet expliqué que le Démon « n’est pas une chose diffuse, c’est une personne » : « Je veux dire une chose dont je suis convaincu : avec Satan, on ne peut pas dialoguer. Si tu commences à dialoguer avec Satan tu es perdu, il est plus intelligent que nous et il te renverse, te fait tourner la tête et tu es perdu. Non, va-t’en ! Il fait toujours mine d’être éduqué avec nous. Avec nous les prêtres, les évêques, il est éduqué, il entre comme ça et puis ça finit mal si tu ne t’en aperçois pas à temps[2]. » Une manière de confirmer la terreur qui saisit le monde ecclésial dès qu’il lui faut s’éloigner de la foi pour aborder l’univers de la connaissance.

            Lors de l’élection présidentielle de 2017, Georgina Dufoix s’est tournée vers François Fillon sur la base d’une analyse qui mérite d’être relevée : « Il s’agit d’ouvrir les yeux sur le combat qui se déroule sous nos yeux. Je vois cela comme un combat spirituel bien plus que comme un combat politique. Voilà une personne : François Fillon, qui a eu la force et le courage de se situer face à ce que nous appelons “l’esprit du monde”. L’a-t-il fait consciemment ? Je n’en sais rien car je ne le connais pas personnellement, mais le fait EST. Il a osé dire qu’il était catholique, il a osé dire qu’il était personnellement contre l’avortement mais qu’il n’abrogerait pas la loi, il a osé exprimer son désaccord avec le mariage homo. Ces trois positions sont largement suffisantes pour faire lever une énorme colère dans l’esprit de ceux qui vivent sous “l’esprit du monde”. (…) Je pense important de nous rendre compte que nous avons aujourd’hui une belle occasion de nous situer intérieurement contre “l’esprit du monde”, de nous positionner dans la prière non pas pour le résultat d’une élection mais contre Celui qui nous fait la guerre depuis si longtemps et que les positions prises par FF font violemment réagir. Notre positionnement, en priant pour François Fillon, est un positionnement contre “l’esprit du monde” qu’il a défié[3]. » Un appel qui résonne à la manière des sourates débitées par la femme voilée de blanc qui s’en est pris au diable de l’église de Rennes-le-Château.

              En faisant de Fillon l’obstacle aux forces sataniques du Malin, en désignant comme possédés les malins dans mon genre, elle n’en fait pas une théorie mais ne s’en donne pas moins un genre qui me fait serrer les fesses. Elle épouse une forme de spiritualité que certains qualifient d’évangéliste mais que je préfère nommer sectaire. Cette conversion est intervenue lorsqu’elle a rejoint l’un de ses cousins, Arnaud Desjardins, qui l’avait prise sous son aile. Je suis persuadé qu’elle doit pouvoir négocier avec les héritiers du gourou une place à Hauteville, dans son ashram, pour Ségolène Royal.

              Après s’être prise pour Johanne durant sa propre campagne présidentielle, Ségolène a retrouvé son reflet rajeuni dans les postures christiques adoptées par le candidat d’En Marche!. Ayant le même âge que Brigitte Trogneux, elle ne pouvait que succomber, à son tour, aux charmes macroniens. Cet éblouissement, je me l’explique en raison d’une remarque de l’épouse du président de la République notant qu’il n’est pas simple de vivre chaque jour aux côtés de Jeanne d’Arc. À écouter les porte-parole de son mouvement établir des analogies avec 1958, j’avais cru comprendre qu’il se prenait pour Charles de Gaulle. Je me perds un peu dans la détermination du genre de ces références et je ne veux pas savoir si il/elle est demeuré(e) puceau(elle), mais je sais pouvoir compter sur ceux qui vivent contre « l’esprit du monde » pour éclairer ma lanterne. Que je ne confonds pas avec ma vessie. En prime, si Ségolène gagne Hauteville, je me chargerai d’expédier à l’ashram le « Christ cosmique » audois du pic de Bugarach.


Notes : 

[1] Cf. « Une sexualité hors norme », post 39, https://blogaylavie.com/2017/11/10/39-sexualite-hors-normes/

[2] Entretien accordé à la chaîne de télévision catholique TV2000, diffusé le 13 décembre 2017.

[3] Message daté du 7 mars 2017.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s